· Vivre,Aimer,Identité,spiritualité

Voire

Mes yeux d’enfant incluaient le filtre de mes parents sur toi. Dire que tu pouvais être désagréable est un euphémisme. Lorsque je te voyais, je vivais la confirmation de ce que j’avais entendu dire… je crois aussi que bien involontairement, tu y mettais un peu du tiens. Nous n’avons pas eu d’occasion de passer vraiment du temps ensemble. Devenue adulte, j’ai décidé de rester à distance. Tu incarnais le type de femme que je ne souhaitais pas être… et tu étais de ma famille. J’avais alors du courage… pour te fuir !

Cœur

Un jour tu as été trop fatiguée pour assister aux réunions de famille. Je décidais de te rendre visite avec une envie qui me surprit : que ce soit en tête à tête. Je sortais des pires moments de ma vie, une nuit noire qui m’avait offert la lumière. Une liberté d’être, un regard neuf, une foi inconditionnelle dans le fait que la vie ait un sens, aussi mystérieux soit-il. J’étais apaisée avec ma façon à moi d’être une femme, qui semblait si loin de la tienne. C’est donc en faisant confiance à mon intuition que je suis venue à toi. Tu avais 96 ans et nous nous sommes enfin rencontrées. Je découvris une version de toi inédite. Il t'était devenu difficile de profiter de la vie, ou de te « rendre utile ». Pourtant chaque jour tu constatais être en vie. Je me suis surprise à prendre plaisir à ta compagnie, à revenir te voir parce que j’en avais envie. J’avais aussi l’impression de poser grâce à toi quelque chose d’important pour moi et pour ma famille d'origine. Tu avais toujours ton sens de l’humour mais pour le reste tu me semblais autre. Probablement que cette partie inédite de toi avait toujours été là, et que simplement les conditions n'étaient pas réunies pour qu'elle se manifeste ?

Je sais aussi que tu m'as vue. Que ton regard a reconnu en moi ce qui est toujours invisible pour les yeux, et que tant de voyants peinent à voir.

Je te remercie de m’avoir fait une si belle démonstration, tu m'as prouvé que l’amour est toujours là quelque part, y compris dans des cœurs tellement abîmés qu’ils semblent verrouillés pour toujours. Je savais que tout être humain est connecté à la source inépuisable de l'amour, du simple fait d’être. Pourtant quelques dossiers, vieux ou plus récents, me donnaient l'impression que dans ma famille, il pouvait y avoir des exceptions à cette règle universelle! Tu étais très bien placée pour me faire cette démonstration de façon magistrale : tous les cœurs peuvent s’ouvrir à la vie, à tout moment et toujours plus grand. Si le "miracle" peut se produire dans ma propre famille... cela confirme l'infini des possibilités qui s'offrent à moi. J'avais besoin de ta démonstration pour le ressentir. Prendre ainsi conscience de cette réalité.

Continuité

Avant de te rencontrer pour de vrai, j’avais opté pour le bleu comme couleur majeure de mon dressing, je trouvais chouette de devenir la dame en bleu. En te voyant j’ai réalisé que depuis toujours la dame en bleu c’était toi… et que je n’avais pas fait le lien. Tu m'as dis porter du bleu parce que cela t'allait bien. Le bleu c'est beaucoup de choses... notamment la couleur du passage entre le jour et la nuit, entre la nuit et le jour.

Durant mes visites tu m’as inspiré un projet. Je ne t’en ai pas parlé car je savais que le temps que je le mette en œuvre, tu ne pourrais en être bénéficiaire. En revanche j’ai bien déposé « MLise » comme marque à l’INPI. Je sais que, d’une autre façon, tu seras avec moi lorsque les conditions seront réunies pour que je lance cette activité, et cela me sera précieux.

100

Tu disais ne pas vouloir être centenaire et je crois que dans tes conditions de vie, tout le monde te comprenait. Je venais de faire des découvertes sur moi qui m’indiquait que le contraire de la mort n’est pas la vie, mais la naissance. Je tentais de parler avec toi de l’après vie… et renonçais vite. J’eu l’impression de casser l’ambiance. En tout cas bravo, tu as réussi à éviter les 3 chiffres. Je dis bravo car j’imagine qu’il y a eu, sur un certain plan, une forme de décision ou de lâcher-prise pour que ta vie s’arrête. Pour que tu entreprennes ce que tu semblais penser être ton dernier voyage. Ce qui pour moi est un voyage de retour à la maison.

J'imagine qu'en ce moment tu débriefes de ta dernière mission avec ton équipe. Concernant la mienne de mission, j'ai l'impression que, alors que je t'avais catalogué dans la catégorie "ennemie-dangereuse-a-fuir", tu t'es avéré être une alliée extra-ordinnaire.

Au-delà

J’ai confiance dans le fait que où que tu sois aujourd’hui, ce soit le meilleur endroit pour toi.

Quant à moi, ici-bas, je suis là. Si tu as une pensée pour moi, n'hésite pas! Je l’accueillerai le cœur grand ouvert.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK