Revenir au site

Cupidon

Des relations amoureuses à l’amour spirituel (1/3)

· Vivre,Aimer,spiritualité,êtrehumain,existence

Mickaël

Lorsque j’avais 14 ans, Cupidon a envoyé ses flèches. Je suis soudainement tombée amoureuse d’un jeune homme aussi surpris que moi.

Cette relation m’apportait la preuve que l’amour véritable, inconditionnel existait. J’en étais persuadée bien que ne l'ayant ni vu ni ressenti jusqu’alors. Dès l’enfance lorsque mes parents parlaient d’amour, je les sentais sincères… et pourtant, quelque chose clochait. Ce qu’ils vivaient entre eux et avec nous, n’était pas vraiment de l’amour pour moi. J’ai mis plusieurs décennies à comprendre que mes parents s’aimaient « comme tout le monde », c’est-à-dire d’une façon humaine dénuée de spiritualité, tout en allant à l'église tous les dimanches. Cette définition de l'amour que j'ai toujours eu différente de mon entourage vient probablement de mon expérience de mort imminente. C’est un point commun aux expérienceurs : une soif de spiritualité et une définition de l’amour par nature spirituel. A cette époque-là je n’avais pas ses repères du tout ! J’ignorais avoir vécue une EMI et même que cela existait.

Mickaël et moi vivions une relation amoureuse très passionnée, digne d’une telenovelas, à la vie... à la mort… avec des comportements, attendrissants parce que nous étions ados. Si nous avions été adultes, nous aurions été considérés comme ayant de graves déséquilibres dignes d’aller consulter en urgence. {J'observe aujourd’hui que ce que nos médecins considèrent comme des pathologies, au point parfois de prescrire des médicaments quotidiens à vie, est, au contraire, le signe d’un développement sain sur un plan spirituel}.

Moi

Vivre ma relation amoureuse me confrontait à mes questions existentielles qui ne trouvaient pas d’écho ni à l’école, ni à la maison, ni à l'église : qui suis-je ? pour quoi suis-je sur Terre ? à quoi sert la vie ? qu'est ce que l'Amour ? S'il y a un "nous" que devient "moi" ? Questions incessantes depuis toujours et qui se ravivaient sous un autre jour. C’est donc avec émerveillement et aussi un immense conflit interne que j’aimais Mickaël et que je recevais son amour. Notre relation me faisait sentir vivante (à l’infini !) pour la toute première fois. Je vivais aussi une forme de prison pour mon être. Cela n’était pas aussi prégnant pour lui. Il se considérait simplement vernis d’avoir choppé la « femme de sa vie » si jeune.

Je n’ai pas su à cette époque mettre les mots sur mon cœur coupé en deux. Je n’avais aucune conscience de ma spiritualité, j’avais dit non à la religion dogmatique de mon enfance… et rejeté le bébé spiritualité avec l’eau du bain religieux.

Un jour j’ai su que dans ce « nous » il y avait une place pour une partie de moi seulement. J’ai dû accepter la déchirure de la séparation d’avec celui que je désignais comme « l’amour de toute ma vie et au-delà » pour vivre MA vie. Cette inconnue.

J’avais 16 ans, je ne comprenais rien à la vie en général, je me sentais perdue. Pourtant, j’avais une certitude : je devais rester entière. Quel qu’en soit le prix.

A-Dieu

Pour réussir à quitter Mickaël, j'ai décidé de ne plus jamais le revoir... et de ne plus l'aimer!

Je ne savais pas encore que lorsque j'aime une fois j'aime pour toujours. J'ignorais que plus mon cœur s'ouvre, plus j'aime, plus j'aime, plus il s'agrandit. Qu'il peut le faire à l'infini, grâce au véritable Amour.

Ainsi les cœurs "A+M=AE" que nous gravions sont restés actifs. Je pense souvent à lui et à l'immense privilège que nous avons eu de vivre notre histoire. J’éprouve une reconnaissance infini pour la magie de nos explorations. Je le sentais sur le moment et la vie m'a confirmé ce type de rencontre est rare.

Parfois, de cœur à cœur, je lui parle :

"Où que tu sois, j'espère que tu te sens heureux, je t'envoie plein d'amour."

{NB cet article s’annonce comme l'écriture de La trilogie Croire, dont je connaissais les 3 sous thème sans savoir que je mettrais plusieurs années à les écrire.

Après Cupidon viendra Exploration, puis Alchimie.}

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK