Revenir au site

L'appel à la vie

Oui, c'est pour toi aussi!

· Vivre,Identité,êtrehumain,Célébrer

Fin août 2019, je rentrais à Paris emplie de l'énergie de ma pause estivale. Saisie par le ressenti d'un décalage soudain, je me rappelais alors cette phrase, ma vérité prononcée quelques mois plus tôt :

Un an après cette phrase sonne d'autant plus juste. Je ne sais à quel moment j'ai compris qu'être alignée avec ma compréhension du vivant, incluant le visible et l'invisible, m'amène à honorer la vie quoi qu'il arrive. Notre société, n'est pas au service de la vie telle que je la comprends. Pour que tout mon être se laisse traverser par son élan, avec la simplicité et la justesse de son mystère, il me faut souvent inventer des troisièmes voies.

La résistance m'est essentielle

Depuis le 13 mars 2020, « résistance » est un mot qui est monté en puissance en moi. C'est mon état d’urgence. « Essentiel », un guide qui m’accompagne depuis 10 ans, a également fait un bond. Sans parler de cette phrase qui date de mon adolescence :

« Quoi qu’il arrive, continuer à vivre ! »

En ce moment, lorsqu’on me demande ce que je « fais dans la vie », je réponds : « Je suis occupée à vivre. » C'est la seule phrase qui me vient. Je vois que pour beaucoup ma réponse n’est pas très intelligible. Que d’autres s’inquiètent face à un avenir, plus que jamais incertain. Ou, peut-être simplement que la lucidité gagne du terrain et nous nous rendons collectivement compte que l’à-venir est inconnu par nature.

Quand je sens une personne prête à entendre, je parle de la danse, du rapport avec la vie. Je confie que je danse dans les espaces publics… Je le fais discrètement. Cette pratique est ancienne chez moi. Elle s’est accentuée ces derniers mois. Je danse dans la rue, en marchant. Je danse sur le quai du métro en l’attendant, et même parfois dans le métro. J’avoues je ne lance pas ma jambe en l’air librement comme je le ferai dans un espace "dédié à la danse". Pas encore !

A une époque, je fumais dans la rue, maintenant je chante. En quoi cela serait plus bizarre ou moins souhaitable ?

Plus le monde qui m'entoure devient absurde, plus mon élan de vie prends de l'ampleur. C’est ma vulnérabilité et ma force.

Bien sûr, être occupé à vivre ce n’est pas que danser et chanter. Là, par exemple, je t’écris. Je t’écris pour t’inciter à répondre chaque jour à l’appel à la vie qui circule en toi.

Oui, toi aussi tu es concerné.e

Laisse-tu la vie circuler librement en toi chaque jour ?

Danser, chanter, dessiner, sculpter, peindre, jouer d’un instrument, jouer à "on aurait dit que" avec un enfant ou un adulte… est l'essentiel de la vie. Lâcher ta tête, laisser ton énergie vitale diriger ton corps ou tes mains, quelle que soient la forme que cela prends chaque jour, autant de fois que nécessaire, c'est l'essence de l'être.

Pourquoi le faire en public ? Ce n’est pas la question. La question est à quel moment l'humanité a décidé de cloisonner la vie. Pour quelle raison danser, et les autres expressions d'être vivant, serait compartimentés à un espace physique et temporel ? Si tu laisses la vie couler en toi, elle se manifeste en tout lieu. Comme se relier les uns aux autres est une manifestation spontanée du vivant. Naturellement.

Du simple fait d’être en vie, tu es en capacité de concrétiser tes inspirations.

Les autres

Quand l'appel à la vie s'exprime en moi en public, je m'y connecte et je crois que je ne me préoccupe pas de ce qu'en pensent les autres. Parfois j'en vois que ça intrigue, d'autres que cela incite à siffloter pour répondre à mon chant.

Laisse ceux qui raisonnent à leurs résonnances, leurs illusions collectives et leurs incohérences. Un jour, à force de raisonner, ils perdront la raison et trouveront le chemin de leurs cœurs. Ou pas.

À chacun d’être conscient et responsable de soi. C’est déjà une sacrée évolution pour notre humanité, qu'en penses-tu ?

Ou, peut-être, est-ce une évolution sacrée.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK